Ecole Notre Dame des Victoires LANDIVISIAU
Site de l'Enseignement Catholique du Finistère

Accueil > La presse > Des serviettes hygiéniques à l’école Notre-Dame-des-Victoires

Des serviettes hygiéniques à l’école Notre-Dame-des-Victoires

mardi 1er septembre 2020 par Ecole

Le 28 août 2020

Un distributeur de serviettes hygiéniques a été installé dans l’école primaire. Une première en France qui séduit déjà bien au-delà de Landivisiau.
Chez les jeunes filles, les règles surviennent en général au collège. Mais dans de nombreux cas, les menstruations peuvent apparaître plus tôt. C’est pourquoi l’école privée Notre-Dame des Victoires, à Landivisiau, a sollicité l’aide de Marguerite et Cie. L’entreprise basée à Lesconil propose des distributeurs de produits menstruels dans les collèges, lycées et universités. Des tampons ou serviettes gratuits pour les élèves et étudiantes.

100 % biodégradables

Mélanie Conq, directrice de l’école, cherchait un concept original afin de répondre aux demandes de certains parents. « Comme je suis attaché au respect de la nature, j’ai trouvé cette entreprise sur internet ». Les produits de Marguerite et Cie proviennent d’une société partenaire anglaise, Nartacare. Ils sont 100 % biodégradables, fabriqués à partir de coton et de cellulose. Alors qu’aujourd’hui, 90 % des serviettes sont conçues à base de plastique. « Et 45 milliards sont jetées chaque année dans le monde », souligne Gaële Le Noane.

Biodégradable ne signifie pas pour autant qu’elles doivent finir dans les toilettes. « Elles peuvent aller au compost. Ou dans une poubelle traditionnelle ». En plus d’un meilleur impact environnemental, les tampons et serviettes ne nuisent pas à la santé des femmes. « Ils génèrent moins d’irritation avec zéro parfum et aucun perturbateur endocrinien. Nous savions qu’il y avait quelque chose à faire auprès des jeunes filles car souvent, on garde la même marque depuis l’adolescence », affirme Gaële Le Noane.

À l’école primaire, les jeunes filles trouveront uniquement des serviettes. Pour l’administration, le coût d’une recharge de 100 pièces revient à 21 €. Un investissement qui peut soulager des familles dans le besoin. Car l’hygiène féminine a un coût non négligeable. La maire, Laurence Claisse, et son adjointe à l’éducation et à la formation, Christine Portailler, saluent cette initiative. Qui pourrait vite s’appliquer dans d’autres établissements de Landivisiau. « Nous sommes reliés au collège Saint-Joseph et au lycée Saint-Esprit. Nous allons en discuter avec eux », promet Mélanie Conq.

Pratique
Information et renseignements sur le site margueriteetcie.com.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Ecole Notre Dame des Victoires LANDIVISIAU (Enseignement Catholique du Finistère)
Directeur de publication : Mélanie CONQ